Pour être informé de la mise en ligne de nouveaux articles, laissez-moi votre e-mail!

dimanche 25 juin 2017

L'Ouzbekistan

Du 10 au 22 août 2017
Au Cœur de la route de la Soie



Les formalités :
  • Passeport en cours de validité
  • Demande de visas à l'ambassade d’Ouzbékistan à Paris. Petit stress en envoyant nos passeports par la Poste...
Pas de soucis particuliers, l'ambassade nous a retourné les documents au bout de 17 jours. La bonne surprise a été la gratuité des visas pour les enfants (120€ en moins!).


Notre itinéraire:

Départ de Francfort pour 6 heures de vol.

A priori facile ! C'était sans compter l'heure passée dans l'avion à l'arrêt sur le tarmac et l'absence d'équipement média dans l'avion. Pas grave, maman a tout prévu et blindé l'ordi de films et dessins animé! Ben c'était sans compter non plus sur l'ordi qui ne s'allume pas faute de batterie !
Le vol était, comment vous dire... long, très long !

Les formalités douanières passées, nous avons retrouvé notre guide, Odil, à la sortie de l'aéroport. L'acceuil est sympa avec une grande pancarte "Famille Baltzer" et un plus grand sourire. Le ton est donné!

Pour l'Ouzbekistan (et c'est le seul pays) nous avons choisi de passer par une agence locale (Autentic travel). Pour la première destination cela nous permet une entrée en matière en douceur. Etre accompagné est plus simple dans un pays où tout est indiqué en syrillique et où le tourisme est très réglementé.

Dès le début, nous nous disons que nous avons bien choisi notre agence. Odil est professeur d'université. Il parle un français parfait et partage avec nous son amour pour son pays (et c'est communicatif !).

Premier jour, rendez-vous à 9 heures pour la découverte de Tachkent donc reveil à 7h30 (4H30 heure francaise). "Ca pique les yeux!!" Au point que Sohan n'a rien voulu d'autre que des nouilles pour le petit déj

Après Tachkent, la capitale, route pour Samarkand. La ville est vraiment à la hauteur de sa réputation. Les bâtiments y sont richement ornés. Odil, nous raconte l'histoire de son pays et nous énumére les grands personnages Ouzbek. La liste est impressionnante et les noms fameux, en voici quelques exemples: Avicenne (Ibn Sina), le mathématicien Al Khwarizmi (dont le nom à donné Agorithme), Emir Timur (Tamerlan), Ulug beg (grand astronome), Mouhammed al Boukhari (écrivain et imam).








Ah oui, j'oubliais! On a profité de notre présence à Samarkand en pleine saison des mariages pour caser notre Sosso!


Départ de Samarkand, que l'on peut qualifier de ville des mille et une nuits.
Malgré nos visites de la Turquie et de l'Inde, c'est la première fois qu'on a cette impression d'être au pays de Sheherazade, d'Aladin, d'Ali Baba (et bien plus encore).
  
Nous avons tous apprécié cette ville, même Sohan a trouvé "très beaux les Châteaux".
Nous n'avons qu'une idée en tête, maintenant, découvrir l'Iran.

Route pour un petit village de montagne "Hayat". Hayat signifie "vie" en Ouzbek et en arabe aussi.
Je n'imaginais pas pratiquer l'arabe pendant notre tour du  monde avant de me rendre compte que l'Ouzbek et le Tadjik avaient énormement de mots en commun avec l'arabe (Histoire et conquêtes Oblige!).
Même Raphaël repére des mots qu'il reconnait dans les conversations...

Heureux d'arriver en seul morceau ("route " ou plutôt chemin de montagne bordé par un ravin).

Nous sommes logé chez l'habitant et c'est un vrai régal. Le logement est propre et confortable. L'acceuil qui nous ai réservé est exceptionnel.
Les enfants ont trouvé des copains. Aprés le long voyage, le décallage horaire et les journées de visites, les enfants avaient vraiment besoin d'une pause.
Les visites et ballades du matin sont naturellement remplacées par des jeux avec les enfants de la famille.



Il est plaisant de voir à quelle vitesse des enfants peuvent communiquer entre eux en dépassant la barrière de la langue.

Profitons de l'ambiance et l'atmmosphère paisible ainsi que des paysages. Nous sommes a proximité d'une reserve naturelle gérée par notre hôte. son fils travaille également dans cette réserve en tant que biologiste.

Une ballade de quelques métres derrière la propriété familiale, nous permet d'observer des mouflons. Les enfants sont vraiments ravis.


Après cette parenthése enchantée, c'est le coeur serré (surtout Thalie qui s'est attachée à Elmira, sa nouvelle amie) que  nous reprenons la route pour le Lac Aïdar, à la frontière du Kazakhstan. Nous logeons dans un camps de yourte.

L'après midi est consacrée à la baignade, le Lac nous appartient. Nous sommes les seuls à en profiter! Les enfants se sont éclatés.



La bonne surprise est le concert folklorique donné par un chanteur nomade à la lueur du feu de camp. Nous avons partagé musique, danse et bonne humeur avec la dizaine d'autres touristes et leurs guides arrivés en fin d'aprés midi.




Retour à la civilisation et direction vers Bokhara. Nous faisons quelques arrêts sur la route dont un sur les ruines d'un fort d' Alexandre Le Grand. Au pied des ruines, nous visitons également une mosquée. L'Imam vient nous saluer et récite quelques Doa pour le reste de notre voyage. Avec Raphaël, on a le sentiment de rencontrer un de ces écrivains ou savants arabes dont Odil nous a parlé. Les rencontres se suivent et une chose reste invariable, c'est la gentillesse.

Arrivé à Boukhara, nous sommes heureux de retrouver la wifi et de prendre une bonne douche. Autant nous avons eu tout le confort chez l'habitant, autant les conditions étaient spartiates sous la yourte (conditions de vie nomade dans le désert oblige).

Samarkand est connue grâce à la littérature, notament Amine Maalouf. On en rêve et on en attentant beaucoup. La ville est largement à la hauteur de nos attentes. Bokhara moins "médiatisée", suscite moins d'attentes de notre part et ça découverte n'en est que plus impressionante. C'est une oasis au milieu du désert qui avait une grande importance pour la route de la soie.








Bokhara est également la ville de Odil, notre guide. Il nous fait l'honneur de nous inviter à dîner dans sa famille. Nous sommes accueilli par sa femme Goulhaïo (Guli), son fils de 5 ans Olamguir (Olam) et sa fille de 2 ans Goulifora (Ifora). La famille est adorable. Guli apprend le français avec ses enfants et la communication est fluide entre nous.


Petit cours de cuisine, Guli me montre le Xonim (des pâtes farcies cuites à la vapeur).





Dernière étape de notre découverte de l'Ouzbekistan, KHIVA. De Boukhara, nous attendent 6 heures de route à travers le "désert rouge": Ici une vue de la route devant et derrière nous...


Je suis un peu sur la réserve , en me demandant si, avec les enfants, cela vaut vraiement le coup. La route est longue et nous avons déjà vu de si jolies choses. Voila la réponse image:










Voila, c'est la fin de notre séjour en Ouzbékistan. Odil nous quitte à l'aéroport, l'émotion est présente et sincère. Les enfants ont du mal à le lâcher et le couvre de câlins, les adultes ont du mal à retenir leurs larmes.
Même si ces émotions ne sont pas très agréables sur le coup, on ce dit que c'est bien pour cela qu'on voyage: rencontrer de belles personnes !


GASTRONOMIE

Découvrir un pays, ce n’est pas uniquement visiter des monuments, voir des paysages ou discuter avec des personnes. Quand on veut vraiment découvrir la culture locale, il faut s'intéresser à la cuisine.
Pour le coup, la cuisine Ouzbek est à l'image de ces habitants: riche et généreuse! Il y a souvent (pour ne pas dire toujours) du pain et du riz à table à l'image de la situation du pays au carrefour de l'orient et l'occident.

Le plat national: le Plov (en Russe) ou Osh.

Thalie trouve que cela ressemble à de la paella sans fruit de mer...



Les laghmans 

Des pâtes Fraiches, elles sont soit farcies soit parfumées à l'Aneth :

Dimlama

Pour les Alsaciens, nous avons mangé un super Baeckeoffe !
 

Le chachlik


brochettes de viande qui s'accompagnent d’oignons au vinaigre.

Norin, pâtes au cheval

Ce sont des nouilles cuites avec de la viande de cheval, souvent présenté sous forme de grande saucisse découpée en rondelles, le kazi.

Manty : le ravioli ouzbek

L’Ouzbékistan est un pays traditionnel pour les raviolis : ce plat typiquement italien est en fait d’origine Perse, pays qui autrefois dominait l’Asie Centrale. Les mantys sont des gros raviolis cuits à la vapeur et farcis de viande et d’oignon.

Chuchvara : ravioli aux carottes et au potiron

Les chuchvara, une autre spécialité de raviolis ouzbeks, sont confectionnés avec des carottes et du potiron.

Chourpa, soupe de mouton

C’est une soupe avec de grands morceaux de viande de mouton, cuite avec des légumes frais : oignons, carottes. On en trouve également avec de la viande de bœuf.

Samsa, le samoussa ouzbek

Le samoussa est incontournable des restaurants indiens, mais son origine semble se trouver en Ouzbékistan, ou du moins, en Asie Centrale. En effet, les samsa, dont les ouzbèks raffolent, sont les lointains ancêtres des samoussas indiens. A la différence de la version indienne, la pâte est cuite plutôt que frite. Fourrés à l’agneau ou au bœuf. Très populaires, on peut en manger partout. De nombreux vendeurs ambulants en proposent, et c’est à chaque fois très bon.


En résumé :


CE QUE NOUS AVONS ADORE:

Passer par une agence ouzbek et surtout Odil, notre guide
L'hospitalité et la gentillesse des Ouzbeks
Passer un peu (trop peu) de temps chez l'habitant. Thalie a adoré la rencontre avec Elmira
Les monuments de Samarkand et Boukhara

CE QUE NOUS AVONS AIME:

La cuisine Ouzbek, variée et goûteuse. C'est une vraie bonne surprise.
Pas de tourisme de masse donc la possibilité d'apprécier les endroits visités sans la cohue
Nos hôtels de bonne qualité
Le tour en Chameau
Les Choco.Pie qui sont devenu les biscuits préférés de Sohan

CE QU'ON AURAIT FAIT DIFFEREMENT:

Le temps passé dans le pays. Idéalement, pour notre circuit, nous aurions dû prévoir 15 jours.
La route entre Tachkent et Samarkand est longue et sans trop d'intérêt. A refaire, nous prendrions le train.

Si vous n'aimez pas les rencontres, les émotions, les beaux paysages, bien manger, la culture et l'histoire alors passez votre chemin. Pour les autres, pensez-y comme destination de vacances (oui, oui même avec des enfants!).

Plus d'infos ou coordonnées de Odil, n'hésitez pas à me contacter!

2 commentaires:

Anonyme a dit…

Une page se tourne, mais une nouvelle s'ouvre. Vous repartez avec de très beaux souvenirs.

Cc

Anonyme a dit…

Merci pour ce beau résumé et de nous avoir fait découvrir ce pays et ses richesses.
Bises
Sab